Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

GB - Page 3

  • No Offence: attention, policiers rugueux

    no offence.jpgLes Britanniques ont le chic pour mettre nos nerfs et nos zygomatiques à rude épreuve. Paul Abbott le prouve encore avec No Offence**, création on ne peut plus originale qui dynamite les limites du bon goût et de la bienséance.
    Avec Hit & Miss ou Shameless, le scénariste-producteur nous avait habitués à faire peu de cas des convenances. Avec “No Offence”, il poursuit sur sa lancée en plongeant au cœur d’un commissariat où les inspecteurs ne manquent pas d’aspérités. Quant aux affaires traitées, elles n’épargnent personne... Mais les vrais stars de Manchester sont le trio d’inspectrices mises en scène avec un humour résolument trash. Vous voilà prévenus.

    Le commandant Vivienne Deering (Joanna Scanlan, à gauche sur la photo) est une matronne, le genre de femme face à laquelle on ne la ramène pas trop. Entre franc parler et caractère bien trempé, elle ménage pourtant une place de choix à l'écoute et à la discussion. Les hommes et les femmes de son commissariat savent qu'elle se battra pour eux quoi qu'il advienne. Si bien que lorsque démarre l'affaire Cathy Calvert, la disparition inquiétante d'une jeune trisomique, elle parvient à tous les mobiliser malgré les heures supplémentaires et les obstacles qui s'accumulent.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : GB, Policier - Enquête, Psychologies - Moeurs 1 commentaire 1 commentaire
  • Paul Abbott : "On me paie pour écouter mes voix intérieures"

    paul abbott 1.jpgMultiprimé aux Baftas (fameuses récompenses de la télévision britannique), le scénariste Paul Abbott ne fait pas mystère de sa bipolarité.
    Il a d'ailleurs fait de cette particularité une force au service de son écriture.
    Après son Shameless, braillarde tragicomédie familiale qui s'est exportée jusqu'aux Etats-Unis et son State of play, brillant thriller politique, il réinvestit la série policière avec No offence**, version détonante et "mal élevée" à découvrir ce lundi à 20h55 sur France 2.

    Un environnement populaire, bruyant et miteux, des personnages hors normes, un ton cru et imagé: Paul Abbott a longtemps été considéré comme LE scénariste des classes populaires jusqu’à ce qu’il adresse un pied de nez à ses détracteurs avec son thriller politique "State of play" se déroulant dans les hautes sphères londoniennes. Avec No Offence, il revient à ses premières amours, dans une version anarchique et grinçante, et réinvente encore le "cop show" - déjà abordé dans Crackers (1993) et Touching Evil (1997).
    Invité du dernier Festival de la fiction de La Rochelle, le scénariste lunaire a accepté d’y décrypter sa méthode de travail.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Créateurs, Créatrices, GB, Policier - Enquête 0 commentaire 0 commentaire
  • River: une enquête de police au parfum de folie douce

    river 2.jpgEcrire une série à propos d'un policier endeuillé et fragilisé, il fallait oser mais la scénariste Abi Morgan n'a pas peur de grand chose et a déjà eu l'occasion de le prouver.
    Sa nouvelle création River*** produite par la BBC en octobre dernier et distribuée par Netflix, démontre une nouvelle fois sa parfaite appréhension des émotions humaines. Comme on a pu le constater la semaine dernière au Festival de Biarritz (Fipa).

    S'extirpant des limites du genre policier - l'enquête, les relations compliquées avec la hiérarchie, les tensions avec la presse, avec les avocats et les suspects -, Abi Morgan réussit à composer un tissu humain riche et attachant, une réflexion "full sentimental" mêlant humour noir, mélancolie et échos de l'ultra moderne solitude, en six épisodes seulement.

    John River n'est pas un flic au mental particulier de plus. Intuitif et brillant, il est profondément perturbé et ne vit pas cette particularité sans souffrance ni remise en question. La disparition brutale de sa coéquipière Stevie n'a fait qu'accroître son désarroi, aggravant sa béance intérieure et sa solitude. Car on ne parle pas ici de tocs folkloriques, de QI révolutionnaire ou d'équations mathématiques farfelues, non il s'agit vraiment d'un état psychologique tangent. Du genre de ceux que n'hésitent pas à mettre en lumière les adeptes du Scandinoir. Un style auquel l'acteur suédois Stellan Skarsgard renvoit forcément.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : GB, Policier - Enquête, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • Wolf Hall: l'Histoire sans fureur ni ébats

    wolf hall 5.jpgWolf Hall*** prend le contrepied des séries historiques qui ont fait florès ces dernières années: Rome, Les Tudor, Borgia, Versailles,... Toutes plus clinquantes et tapageuses, emplies de bruit et de fureur. Filmée à hauteur de personnage, à la manière du documentaire, pratiquement sans musique ni lumière additionnelle (si ce n'est celles, discrètes, montrées à l'écran), elle saisit un quotidien relativement simple, loin des fastes de la cour et des palais, et des données politico-religieuses, au contraire, très complexes dans cette Grande-Bretagne en pleine mutation.

    Faire «des films sur des gens ordinaires placés dans des situations extraordinaires» tel est le credo de Peter Kosminsky, documentariste de formation, car les conflits sont d'extraordinaires révélateurs de «ce genre de cheminement personnel». Cette préoccupation est constante dans sa filmographie, un travail au plus près du réel dont Arte a souvent été la partenaire au fil des années (cf. note précédente). Avec Wolf Hall, il insuffle la vie à une page d'Histoire anglaise, récit à découvrir ce jeudi dès 20h55.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Créateurs, Créatrices, GB, Histoire 0 commentaire 0 commentaire
  • Peter Kosminsky dans les pas des Tudor

    peter kosminsky.jpgLe formidable "Warriors - L'impossible mission" (1999) où il démonte l'engrenage dans lequel se trouve pris un bataillon britannique, engagé en Bosnie sous l'égide des Nations unies, c'était lui.
    The Project "Les années Tony Blair" (2002), chronique de l'accession au pouvoir du nouveau parti travailliste en Grande-Bretagne, lui aussi.
    L'affaire David Kelly (2005) sur le suicide de cet expert en armement nucléaire et l'implication du gouvernement britannique dans la guerre en Irak, lui encore.
    The Promise "Le serment" (2011), plongée au cœur du conflit israélo-palestinien 
à travers le destin de soldats britanniques stationnés 
en Palestine, lui toujours.

    En 2015, riche de toutes ces expériences, Peter Kosminsky (photo) se penche, avec Wolf Hall***, sur l'Histoire des Tudor, lignée cruciale dans l'histoire de la monarchie britannique. Un récit en six épisodes à découvrir dès ce jeudi à 20h55 sur Arte.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Créateurs, Créatrices, GB, Histoire 0 commentaire 0 commentaire
  • Quitter Downton Abbey à regret

    downton abbey 61.jpegMalgré le happy end recherché et certaines entourloupes et facilités rendues nécessaires par un rythme enlevé - la fin était proche...-, la saison finale de Downton Abbey a évité de sombrer dans le mièvre.

    Préservant la ligne de vie de ses personnages jusqu'au bout, Julian Fellowes a organisé un chassé-croisé du meilleur effet entre l'intransigeant Carson, la conciliante Mrs Hughes (photo du bas), l'effacé Mr Molesley et la fragile Baxter. Anna, la parfaite confidente, et le dévoué Mr Bates, l'infatigable Mrs Patmore et l'irritante Daisy y ont tous pris leur part sans oublier le fameux mouton noir, Thomas Barrow.
    Donnant une dernière fois vie, avec brio, au microcosme de Downton Abbey, l'auteur l'a conduit à reprendre son destin en main au terme d'épreuves non négligeables. Chaque personnage ayant une série d'options à déterminer et à assumer, au fil des 9 chapitres de cette ultime saison 6, afin de se bâtir un avenir plus radieux.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : GB, Histoire, Psychologies - Moeurs, RIP 4 commentaires 4 commentaires
  • Le plein de séries (2): Noël à la sauce anglaise

    luther 3.jpgLes christmas gifts sont une tradition bien ancrée en télévision et particulièrement prisée au royaume des séries britanniques. Pas une création de la fière Albion qui n'ait son épisode spécial parfumé à la cannelle ou à la sauce worcestershire. Car qui dit épisodes spéciaux ne dit pas forcément guimauve et happy end. L'idée étant de créer l'événement, le suspense et le thriller sont largement admis.

    1- On pourra d'ailleurs le vérifier dès ce soir avec le retour de Luther qui a permis depuis bien longtemps à Idris Elba de supplanter le Père Noël dans le coeur de ces dames. Voilà d'ailleurs deux ans que l'attente se prolonge, de quoi faire sérieusement monter la fièvre de tous les fans de ce policier borderline. Une enquête en deux parties, à suivre ce mardi (à 22h) et le suivant, qui annonce son retour sous les meilleurs auspices.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Actualité - Info, GB, Histoire, Policier - Enquête, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • Canal+ se lance sur la piste des Balkans et des Pink Panthers

    panthers.jpgTout commence par un «banal» braquage de bijouterie à Marseille. Trois hommes déguisés en peintres aspergent la directrice de peinture rose et empochent les plus gros diamants. Très vite, la police les prend en chasse et blesse l'un d'entre eux. Malgré leur valeur, les diamants sont invendables en raison du décès d'un enfant durant la course-poursuite. Les malfrats, d'origine serbe, sont alors forcés de trouver un revendeur en dehors du pays. Si la police est à leur trousse, une experte en diamants, engagée par l'assurance, est également sur leurs traces. Elle connaît très bien leur ville d'origine, Belgrade, pour y avoir servi durant la guerre.

    Ainsi débute The last Panthers, nouvelle série coproduite par Canal+ et Sky Atlantic. Déclinée en six épisodes, elle est portée par Samantha Morton, Tahar Rahim, John Hurt et Goran Bogdan. Attendue le 26 octobre sur Canal+, elle sera diffusée en décembre sur Be TV.
    Séduit par les deux épisodes découverts en avant-première, David Bowie a accepté d'en composer le thème "Blackstar" diffusé en ouverture de chacun des épisodes de la série. Un “rêve éveillé” selon les termes du réalisateur suédois Johan Renck ("Bloodline", "Bates Motel").

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, France, GB, Policier - Enquête 0 commentaire 0 commentaire
  • Diversité: la fiction rejoindra-t-elle bientôt la réalité ?

    Luther Idris Elba.jpgLa victoire de Viola Davis aux Emmy Awards, dimanche soir (cf. note précédente), a relancé le débat sur la diversité à l'écran. Car même de ce côté-ci de l'Atlantique, les écrans apparaissent étonnement masculins et blancs. Un constat mis en avant lors du dernier Festival de la fiction TV à La Rochelle.

    «Le cinéma a vraiment compris l'enjeu que représente la diversité avec des acteurs comme Omar Sy, Jamel Debbouze ou Tahar Rahim devenus bankables en France. En revanche, la télévision n'a pas réussi à tirer le maximum de ce potentiel. On ne voit pas de têtes d'affiche comme au cinéma, ni des rôles emblématiques comme celui de Luther campé par Idris Elba en Grande-Bretagne. Qui est un personnage profondément anglais et excentrique. Pourtant on ne manque pas d'acteurs» note Alexandre Michelin qui a présidé la sélection rochelaise.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Actualité - Info, France, GB 0 commentaire 0 commentaire
  • A La Rochelle, le polar est roi

    une chance de trop.jpg"Aujourd'hui, le policier est le genre prédominant. Les films en costume d'époque, les drames de société, les comédies, les fictions pour la jeunesse ont disparu" soulignait Quentin Raspail, fondateur du Festival de la fiction TV de La Rochelle, peu après son ouverture mercredi soir. "Il y a clairement un assèchement de la diversité des genres et des formats."

    Ce constat s'est parfaitement illustré à travers le palmarès dévoilé samedi soir à La Rochelle au terme de quatre jours d'intense activité pour les 2000 professionnels présents.

    Les deux fictions françaises qui ont raflé le plus grand nombre de prix sont en effet des intrigues policières. L'une, Borderline, écrite par Olivier Marchal pour France 2, est directement inspirée par l'affaire Neyret, du nom de cet ex-numéro 2 de la police judiciaire de Lyon que Marchal a bien connu lorsqu'il faisait "encore partie de la maison".
    L'autre, produite par TF1, est l'adaptation du roman d'Harlan Coben et voit Alexandra Lamy (photo) lancée dans une quête éperdue pour retrouver sa fille de 6 mois, Tara, mystérieusement enlevée.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, France, GB 0 commentaire 0 commentaire