Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Westworld saison 2: la revanche des machines

    Westworld 2.jpgL'heure de l'affrontement a sonné.
    Contaminés par un virus joliment baptisé «les rêveries», certains robots du parc d'attraction placé au coeur de l'histoire de Westworld*** ont aperçu des éclats de leur passé, développé une mémoire et se sont humanisés.
    Quelle nature profonde va ressurgir une fois la machine libérée ? interrogeait la 1e saison de la série imaginée par Jonathan Nolan et Lisa Joy. Les robots peuvent-ils se reprogrammer et se retourner contre leur créateur ?
    La fin de saison apportait une réponse cinglante à cette interrogation avec le début de l'insurrection tant redoutée. La saison 2 s'annonce donc plus sombre, plus violente et plus rythmée, tout en laissant toujours entrevoir des changements psychologiques et des réflexions existentielles chez tous les protagonistes, humains ou humanoïdes. Interrogations sur le sens de la souffrance, sur le rôle et l'importance de la mémoire et des sentiments, sur les limites de l'humanité aussi.

    Le voyage démarre dans la nuit de dimanche à lundi (3h du matin, exactement) sur HBO et Be TV pour les oiseaux de nuit, ou lundi à 21h pour tous les autres

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fantastique - SF, Nouveautés, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • Speakerine: Marie Gillain dans les coulisses ripolinées des débuts de la TV

    speakerine.jpgA 42 ans avec sa mise en plis façon Reine Fabiola et son look 60's de Parisienne bon chic bon genre, Christine Beauval (la Belge Marie Gillain, photo) a tout pour être une femme comblée: speakerine admirée au sein de la toute jeune Radio-Télévision Française (RTF), elle a un mari aimant et deux enfants charmants.

    Pourtant, Christine rêve de pouvoir lancer sa propre émission «Portraits de femmes» et de ne plus être cantonnée au rôle de Speakerine**.

    Son mari, Pierre Beauval (Guillaume de Tonquedec, Fais pas ci fais pas ça), directeur de l'Information au sein de la RTF, est promis à un bel avenir. Il est en charge du direct annoncé entre De Gaulle et le président JFK, une première liaison satellite entre la France et les États-Unis, baptisée Mondovision qui, si elle réussit, devrait lui assurer le poste de futur directeur de la télévision. Mais Joseph Darnet, qui occupe le poste, ne l'entend pas de cette oreille et cette rivalité entre les deux hommes pourrait bien ruiner le projet de Christine.

    Or de nombreuses lettres de menace, envoyées aux bureaux de Cognac-Jay, prouvent que son destin de femme active et publique dérange. Un matin, les menaces se font plus violentes et précises...

    Une série à découvrir lundi à 20h55 sur France 2.

    mise à jour (17.04): avec près de 4 millions de téléspectateurs et 16,1% de PDM, France 2 a enregistré hier son meilleur lancement pour une série française un lundi soir.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Belgique, France, Nouveautés, Policier - Enquête 0 commentaire 0 commentaire
  • CanneSeries devra s'offrir davantage d'éclaircies (scénaristiques) en 2019

    Cannes Séries jurés.jpgC'est sous un véritable déluge que s'est clos la première édition du festival CanneSeries organisée du 4 au 11 avril parallèlement au MipTV (Marché international des programmes télévisés) sur la Croisette.

    Une édition qui est parvenue à attirer un public intergénérationnel entre séances "scolaires" et publics de tous âges et de tous horizons attirés par les sirènes de la télévision.

    Pour  sa première édition, l'agenda n'était pas très fourni mais les invités étaient de qualité avec les masterclasses des acteurs Michael C Hall (Dexter, Six Feet under) et Michael Kenneth Williams (The Wire, Boardwalk Empire, au centre sur la photo) ainsi que celle du romancier Harlan Coben également créateur de séries (The Five, Safe) et président du jury 2018 (1er à gauche sur la photo).

    Entamée sur une étonnant fausse note - lors de la soiré d'ouverture a été projeté non pas un véritable épisode de La vérité sur l'affaire Harry Québert série de Jean-Jacques Annaud* mais un montage de 35 minutes de la saison entière, genre de long trailer que l'on montre à des acheteurs ! -, la manifestation s'est heureusement terminée en beauté, mercredi soir, avec la cérémonie de clôture retransmise en direct sur Canal+. Et ce, grâce aux propositions originales et audacieuses du maître de cérémonie Kyan Khojandi, rendu mondialement célèbre par sa série Bref.
    De quoi faire oublier les bourrasques et le tapis rose détrempé au public ayant bravé, en très grand nombre, le début de tempête sur Cannes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, France, Prix 0 commentaire 0 commentaire
  • "Undercover": camping, meurtres et ecstasy

    undercover mafia.jpgAprès Beau Séjour, enquête menée aux frontières du réel, la série Undercover propose une nouvelle incursion dans le Limbourg belge. Celui des verts pâturages, des caravanes kitsch et du trafic d'ecstasy. Celui des trafics minables, des plans foireux et des malfrats peu regardants, aussi.

    C'est dans ce petit coin de campagne au-dessus de tout soupçon que s'est installé le Hollandais Ferry Bouman, l'un des plus grands producteurs au monde de cette "drogue de la fête". L'homme y coule une vie en apparence paisible dans sa luxueuse villa de la frontière belgo-néerlandaise. Mais ce calme apparent va être compromis par l'arrivée de deux agents en mission secrète qui tentent d’infiltrer son territoire et son organisation. Leur objectif: mettre un terme à son activité et aux ravages causés par la drogue dans cette région transfrontalière.

    Présentée mardi à CanneSéries, Undercover est attendue début 2019 sur la VRT et ensuite sur Netflix.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Belgique, Festivals, Nouveautés, Policier - Enquête 0 commentaire 0 commentaire
  • State of Happiness: chronique norvégienne des débuts du pétrole en Mer du Nord

    state of happiness.jpgNon, les pays nordiques ne produisent pas que des thrillers. La preuve avec la série State of Happiness qui nous emmène dans un petit village de pêcheurs sur la côte norvégienne Stavanger.

    Pour les ouvriers de la conserverie, unique entreprise de la ville, la situation se dégrade en raison de la pénurie de poissons de plus en plus sensible en Mer du Nord. Au large, de nombreuses compagnies pétrolières internationales font des forages, jusqu'ici sans succès. Pourtant, en cette fin d'année 1969, un événement va considérablement modifier le quotidien de cette petite communauté calme et très croyante, aux allures rurales...

    "C'est une histoire sans meurtre" et au départ, la productrice Synnøve Hørsdal ne cache pas que ce ne fut pas facile de convaincre des partenaires de s'y impliquer. Mais avec de la patience et du temps, elle est y parvenue. La réponse du public, rassemblé mardi midi dans l'auditorium Lumière cannois, a dû la rassurer sur la qualité de son intuition. Oui, cette histoire d'une petite communauté transformée par la découverte soudaine de pétrole, parle au plus grand nombre et a même des accents universels.

    Loin du "Nordic Noir", la NRK a présenté ce drama d'époque lors de la compétition du Festival CanneSéries.

    mise à jour (11/04): State of Happiness a reçu le prix du meilleur scénario et de la meilleure musique, ce mercredi soir à Cannes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, Histoire, Scandinavie 2 commentaires 2 commentaires
  • "Killing Eve": Espionne Sandra Oh, lève-toi

    Killing Eve Sandra Oh.jpgDe Phoebe Waller-Bridge, on apprécie le sens aigu de l'observation, le soin apporté au réalisme et à l'humain. On se souvient aussi de l'étonnante autodérision de Fleabag, comédie décapante sur une jeune adulte tentant de ne pas se laisser gagner par la dépression. Elle y tenait le rôle principal tel un miroir tendu aux prestations qui l'ont fait remarquer dans le milieu du stand up.

    Avec Killing Eve, sa nouvelle série pour BBC America présentée en compétition au Festival CanneSéries cette semaine, la scénariste britannique démontre sa maestria une fois de plus mais dans le domaine du drama, cette fois.

    Epaulée par les comédiennes Jodie Comer (renversante dans la série Thirteen) et Sandra Oh, rendue mondialement célèbre par son rôle dans Grey's Anatomy, la créatrice dynamite le thriller d'espionnage et propose deux nouveaux personnages féminins hauts en couleur dont on regrette de ne pas pouvoir connaître d'emblée les futurs démêlés.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, GB, Policier - Enquête, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • Les millions tant convoités de la Casa de papel: suite et fin ?

    casa de papel masques.jpgLancée en décembre dernier sur Netflix pour 13 (premiers) épisodes, La Casa de Papel** revient pour un deuxième chapitre de 6 épisodes, ce vendredi dès 9 h. Un suspense savamment orchestré par Netflix, qui a gardé secret durant un peu plus de trois mois le dénouement de sa série la plus commentée de la fin 2017.

    Dans cette mini-série, on suit un groupe de huit braqueurs professionnels placés sous la direction d’un mystérieux Professeur, le cerveau du casse du siècle : 2,4 milliards d’euros. Pour réunir cette somme, il leur a “suffi” de s’introduire au cœur du bâtiment clé de l’économie espagnole: la Maison royale de la monnaie, surnommée la Casa de Papel.

    Sous couvert d’une prise d’otages, les braqueurs vont y imprimer leur “propre monnaie”: huit millions d’euros à l’heure. Le récit de ce compte à rebours doublé d’un huis clos tendu est retracé par Tokyo (Ursula Corbero, au centre de la photo), braqueuse de haut vol. La jeune femme a été recrutée comme ses sept partenaires par le Professeur (Alvaro Morte, photo ci-dessous) afin de faire partie de son équipe de pro où chacun remplit une tâche bien définie en fonction de sa spécialité...

    mise à jour (18.04): Netflix vient d'annoncer que la série connaîtra une "saison 3" en 2019. Les fans, forcément, exultent...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Europe, Nouveautés, Policier - Enquête, Psychologies - Moeurs 3 commentaires 3 commentaires
  • Le Belgian Bright s'invite au Festival Séries Mania Lille

    Belgian Bright.jpgUn bus affrété aux couleurs du "Belgian Bright" se rendra au Festival Séries Mania Lille avec, à son bord, des scénaristes francophones et flamands en plein speed dating créatif. Ceci n'est ni un rêve ni un fake. L'événement, imaginé dès février dernier, aura bien lieu le 3 mai prochain.

    Le car partira de Bruxelles à 8h et offrira l'opportunité à chacun d'y faire des rencontres et d'entamer des discussions sur base de projets en développement ou déjà développés. Comme La Trêve, Ennemi PublicUnité 42 ou Champion, côté francophone et la saison 2 de Beau Séjour ainsi que le nouveau projet Gevoel voor Tumor (Sense of Tumour) présenté parmi 10 projets en développement ou en production, côté néerlandophone.

    "On s'est dit que ce serait bien d'encourager la réalisation de séries avec des équipes bilingues comme ce fut le cas sur Unité 42 (scénaristes francophones et réalisateurs néerlandophones). Avec la VRT, on a un partenaire naturel qui a une vraie expertise en la matière. Ce serait bien d'en profiter plutôt que d'aller la chercher en Suisse ou en France. Et les Flamands aussi sont à la recherche de partenariats pour réaliser des projets plus importants, internationaux", explique Sylvie Coquart, responsable de la Fiction à la RTBF.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Actualité - Info, Belgique, Festivals, France 0 commentaire 0 commentaire
  • Steven Bochco, créateur pour toujours à l'écoute des hommes en bleu: NYPD Blue tribute

    Steven Bochco.JPGEn hommage à Steven Bochco, showrunner iconique des années 80 et 90 dont on vient d'apprendre le décès à l'âge de 74 ans, nous publions l'évocation que nous avons réalisée de sa série la plus fameuse: NYPD Blue, au moment où elle tirait sa révérence, en 2005.

    Un univers où Bochco (à gauche sur la photo) n'avait pas peur d'évoquer l'alcoolisme de certains flics, la violence, le racisme et l'homophobie ordinaire...grâce à ses personnages iconiques: Andy Sipowicz (au centre de la photo) et Bobby Simone (Jimmy Smits, photo du milieu). Une série qui lui vaudra la bagatelle de 10 Emmy Awards et la reconnaissance unanime de la profession..

    Hill Street Blues, LA Law (La Loi de Los Angeles) et NYPD Blue, c'était lui. Un attachement aux hommes en bleu qui avait fait de Steven Bochco, LE spécialiste de la police et de la société américaine vue à travers le regard de ses hommes et femmes en bleu, durant plus de 20 ans. Un travail où Bochco et son partenaire David Milch se sont distingués par leur sens aigu de la narration, du réalisme et du drame qui a poussé les séries américaines vers la modernité. Ils y privilégiaient le destin d'une équipe à celui d'un héros solitaire et ont poussé l'intrigue sérielle vers un destin choral qui (a) fait sa grandeur et reste sa marque de fabrique aujourd'hui. Cet univers télévisuel, il le fréquentait depuis qu'il y avait fait ses premiers pas, en 1971, dans un épisode de Columbo (Murder by the book) réalisé par... Steven Spielberg.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Créateurs, Créatrices, Policier - Enquête, RIP 0 commentaire 0 commentaire