Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • The Leftovers, l'intégrale: l'envol magistral

    the leftovers saison 3.jpgA quoi reconnaît-on une grande série ? A sa capacité à transcender toutes les catégories et les attentes et à surprendre son public.
    A sa richesse de représentation et à sa complexité de narration. Aux énigmes et aux abîmes qu'elle révèle bien plus qu'elle ne les résout.
    Aux horizons qu'elle ouvre et embrasse à la fois. Toutes ces raisons qui font de ses personnages des figures inimitables et inoubliables à la fois.

    A toutes ces qualités s'ajoute parfois un autre indice : l'absence de nomination aux Golden Globes ou aux Emmy Awards. Trop singulière pour être reconnue et célébrée par le plus grand nombre, la série The Leftovers**** compte une foule d'admirateurs indéfectibles qui savent que le temps fera son office et lui attribuera les lauriers qui lui sont, pour l'instant, refusés. Comme ce fut le cas pour The Wire, par exemple. Jamais récompensée et aujourd'hui encensée.
    La série cocréée par Damon Lindelof et Tom Perrotta se place forcément en tête du classement des meilleures séries 2017. Et s'inscrit parfaitement dans les thèmes de Noël.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Psychologies - Moeurs, RIP 1 commentaire 1 commentaire
  • Par amour des séries... et de la magie du cinéma

    20_53_07_171643217_img115.jpgL’amour des séries peut vous emmener très loin.
    A vous jeter sur une nouvelle série comme un glouton insatiable ne s'arrêtant que lorsque le buffet est démonté (binge watching).
    A dévorer tous les épisodes d'une série en maximum 24h chrono afin d'être «le premier à l'avoir finie» (binge racing).
    Le fan agit alors comme si sa survie en dépendait et comme si sa vie sociale et son sommeil étaient devenus des données secondaires / dommages collatéraux / quantités négligeables (biffer les mentions inutiles). Certains vont même jusqu'à regarder les épisodes en accéléré pour s'arrêter uniquement sur les scènes de tension, d'émotion ou le grand final meurtrier (speed watching). Pas sûr qu'à ce niveau-la, on puisse encore parler d'amour…
    Car le véritable amateur savoure le rendez-vous que lui fixent les personnages et créateurs de sa série, un moment suspendu qui rend sa vie plus intense grâce à quelques échanges autour d'une suite d'enjeux et d'un thème-clé.

    Dans le cas de Marianne Levy, cette passion l’a d’abord poussée à créer un blog (I love TV so what?) dans lequel elle déclarait sa flamme à ses personnages de fiction préférés, en égrenant les multiples qualités de la série qui avaient emporté son cœur. Mais aujourd'hui, elle se cristallise dans un livre...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Actualité - Info, Humour, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • Un Belge a repris la plume d'Agatha Christie pour imaginer "Les Petits meurtres" de Noël

    L’épisode de ce venpetits meurtres Noël.pngdredi soir est un conte de Noël inédit écrit "à la manière" d’Agatha Christie.
    La personne qui a repris cette plume alerte est un scénariste belge: Thierry Debroux. Comédien, metteur en scène et directeur du Théâtre du Parc, il
    "pratique Agatha Christie depuis longtemps. C’est un univers que je connais bien en tant que lecteur, d’abord. Et puis, cela fait à peu près dix ans que j’écris des Petits meurtres d'Agatha Christie puisque j’avais déjà écrit pour le duo Larosière-Lampion de la première collection."

    L'épisode "Le crime de Noël" qu'il a imaginé, réalisé par Rodolphe Tissot avec Blandine Bellavoir, Elodie Frenck et Samuel Labarthe (photo) est à voir ce vendredi à 20 h 55 sur France 2.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Belgique, Créateurs, Créatrices, Policier - Enquête 1 commentaire 1 commentaire
  • Unité 42 s'est infiltrée sur tous les écrans et prépare sa saison 2

    unité 42 affiche duo.jpgLa RTBF a eu chaud.
    Après un démarrage en fanfare (353.645 curieux le 19 novembre), les audiences de sa nouvelle série 100% belge Unité 42 s'étaient tassées et la série avait même un temps baissé pavillon face à la nouvelle concurrence mise en place par RTL-TVI. La chaîne privée n'avait pas hésité à déplacer sa "Nouvelle Star" pour faire appel à l'une de ses séries américaines les plus suivies Esprits criminels afin de contrecarrer l'offre ertébéenne. On notera au passage que les deux séries sont très branchées web et technologies ce qui avait clairement pour but de détourner les téléspectateurs de la chaîne publique.

    Après avoir accusé le coup, Unité 42 était pourtant remontée à l'assaut des audiences la semaine dernière et elle a même terminé son parcours en beauté ce dimanche soir devant 285.954 fidèles. Un chiffre stable depuis la 2e semaine auquel il faudra encore ajouter tous les fans qui regardent la série en différé. Ce résultat est d'autant plus enthousiasmant qu'il a permis à la série d'être leader sur la soirée (de 20h55 à 22h45) même si au démarrage RTL-TVI avait frappé fort avec 405.665 fans pour Esprits criminels.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Actualité - Info, Belgique, Policier - Enquête 3 commentaires 3 commentaires
  • "Mon Paris, etc n'est pas celui de Ratatouille" assure Zabou Breitman

    paris etc groupe.jpg"Le déclic de la série était latent parce que mon papa (Jean-Claude Deret, NdlR) a écrit une série super connue à l'époque : Thierry la Fronde et ma maman (Céline Léger, NdlR) y jouait le rôle de la belle Isabelle. On en parlait souvent, c'était quelque chose d'extrêmement naturel. C'était presque mon pain quotidien", explique la comédienne et réalisatrice Zabou Breitman. "Je n'en ai jamais fait car c'était difficile de me comparer à mon père. J'ai mis beaucoup de temps à oser parce que c'était son domaine. Un jour, mon papa a cessé de vivre et quelque temps avant sa disparition, on m'a proposé de faire une série. Et j'ai réalisé que tout était en place, tout était là. Comme un rubik's cube dont on connaît la manipulation. C'était comme une impulsion, très naturelle."

    Le projet de Paris, etc était préexistant à l'arrivée de Zabou Breitman. "Maïwenn et Anne Berest ont commencé à écrire l'histoire de 5 femmes à Paris et puis, cela s'est arrêté. Quatre ans plus tard, on m'a proposé de reprendre ce projet. J'ai demandé à travailler avec Anne Berest qui avait tout en mémoire. Il y avait notamment déjà une chose préexistante : les débuts d'épisode qui commencent tous de la même façon, vous m'en direz des nouvelles...", annonce-t-elle d'un air entendu à la salle.

    Présentée samedi soir dans le cadre du Festival Are You Series à Bozar, la série est à découvrir ce lundi dès 21h sur Be1 et mardi à 21h10 sur Be Séries.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Créateurs, Créatrices, Festivals, France, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • Are You Series ? saison 5: ce que les séries disent de nous (et de notre futur)

    the handmaid's tale gardienne.jpgComme l’ont rappelé, cette semaine, les nominations aux Golden Globes, l’année écoulée n’a pas manqué de nous adresser quelques solides claques télévisuelles: The Handmaid’s tale (La servante écarlate - 3 nominations, photo) et Big Little Lies (6 nominations) ont pris à bras-le-corps et anticipé le thème des violences faites aux femmes qu’allaient bientôt mettre en évidence l’affaire Weinstein et le hashtag #metoo sur les réseaux sociaux.

    Cette faculté des meilleures séries à décrypter et même à envisager ce que les hommes s’apprêtent à vivre explique en grande partie leur attractivité mondiale. Dans un monde en crise, les séries ne sont pas les dernières à en pointer les causes et les conséquences prévisibles, avec une pertinence d’autant plus grande que les talents pour les faire vivre ne cessent de s’additionner: les talents du cinéma, du théâtre et du stand-up sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à la vitalité du petit écran. Après les webséries, réputées tremplin idéal pour jeunes talents, mises au centre de toutes les attentions ce vendredi à Bozar (cf. note précédente), place aux séries qui alimentent les discussions.

    Pour rappel, Bozar propose une quinzaine de projections gratuites au fil du Festival Are You Series organisé jusqu’à mardi 19/12. Zabou Breitman et sa série Paris, etc ce samedi, mais aussi les équipes de Bron (The Bridge - dimanche) et Salamander (lundi) viendront à la rencontre du public bruxellois.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Actualité - Info, Belgique, Festivals 0 commentaire 0 commentaire
  • Des (web)séries et des femmes pour la 5e édition du Festival "Are You Series"

    17_50_12_686639384_Loulou.jpgUn quotidien qui part en lambeaux, une relation qui s'en va à vau-l'eau, une rencontre ou une révélation qui vous mettent KO, voire une éternelle recherche de boulot : les héros ordinaires des 5 webséries proposées ce week-end à Bozar, sont confrontés à des choix de vie inattendus et compliqués. Genre casse-tête chinois dans une auberge espagnole.
    Cette génération d'ados et jeunes adultes en crise s'inscrit parfaitement dans le champ d'exploration de la 5e édition du Festival Are You Series ? née sous le signe de la crise existentielle, une thématique qui colle décidément à la peau des webséries, comme le prouve la Loulou d'Arte Creative (photo).

    Considéré par certains comme un tremplin vers le petit écran, le web est surtout un lieu d'expérimentation foisonnant, très largement investi par des trentenaires loquaces et explorateurs au milieu desquels évoluent pas mal d'auteures culottées et un public féminin, pressés de s'emparer de sujets trop souvent délaissés ou bâclés comme les questions du genre et de la sexualité, envisagées du point de vue féminin.

    Du 14 au 19 décembre, la quinzaine de projections gratuites proposées à Bozar devrait vous convaincre.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Actualité - Info, Belgique, Festivals 0 commentaire 0 commentaire
  • "Ennemi Public": les nouveaux enjeux de la saison 2

    ennemi_public_ambiance_tournage.jpgAvec sa colline perdue dans la brume et l'atmosphère irréelle que lui confère le brouillard, Alle-sur-Semois a des faux airs de Twin Peaks en plein hiver. Entendons-nous, la petite localité est parfaitement accueillante avec ses deux boucheries artisanales, spécialisés dans les cochonnailles, sa taverne-restaurant chaleureuse «Au Roy de la bière» et son magasin Spar aux étalages richement dotés.
    Mais ce petit coin de Belgique, perdu dans la pluie ou sous la neige dès la fin du mois de novembre, offre un écrin idéal à la série Ennemi Public produite par la RTBF et Entre chien et Loup. Avec ce mélange de désolation et de mélancolie qui nimbe d'ordinaire l'Ardenne en hiver.

    Comme l'abbaye emblématique vue dans la saison 1, le village était tout à fait partant pour reprendre l'aventure. L'équipe a pu s'y établir à sa guise, installant son travelling dans les rues et sur le pont, déviant la circulation, alignant ses camions de matériel sur la place ou faisant fermer l'épicerie pour un tournage en après-midi. C'est là que nous avons retrouvé un Patrick Stassart endetté et passablement secoué par la douloureuse révélation de la fin de la saison 1...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Belgique, Créateurs, Créatrices, Policier - Enquête, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • The Crown saison 2 : Les tribulations de la vie d'une reine

    the crown couple.jpgA Londres, des rumeurs courent concernant des tensions survenues au sein du couple royal. La reine Elizabeth n'étant pas du genre à ignorer les difficultés, elle décide d'avoir une discussion franche avec son époux qui débouche sur un départ du Prince pour un «tour du monde» de 5 mois. Afin de représenter l'Angleterre sur les plus lointains territoires de la Couronne.

    En imaginant ce périple, le but de la reine est double : permettre à son époux, Philip, de s'affirmer sur la scène internationale et de prendre une part active dans la gestion du royaume, tout en diminuant significativement les velléités indépendantistes de ces terres du bout du Commonwealth se pensant trop souvent oubliées.

    En faisant ce choix, Elizabeth se rend cependant doublement vulnérable. Car la propension du Prince à jouer les jolis coeurs décuple à mesure qu'il s'éloigne de Buckingham Palace. Et sans le soutien, même lointain de son époux, Elizabeth se retrouve très seule pour gérer à la fois sa famille et son pays.

    La saison 2 de The Crown*** débute ce vendredi sur Netflix pour 10 nouveaux épisodes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : GB, Histoire, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • Top of the Lake saison 2: mères esseulées, femmes entre elles

    Top of the lake police.jpgUne valise est retrouvée sur la plage. D’un de ses coins fissurés s’échappe la longue chevelure noire d’une jeune femme asiatique échappée d’une maison close toute proche.
    Fraîchement revenue en Australie après une déception sentimentale de taille, la détective Robin Griffin (Elisabeth Moss, photo) se rue sur cette nouvelle enquête. Le sort de cette China Girl** devient sa nouvelle obsession, sa raison de se lever chaque matin.

    Forcée à travailler en duo avec une jeune recrue inexpérimentée (Gwendoline Christie, à droite sur la photo), Robin manifeste son agacement vis-à-vis de cette partenaire qu’elle juge trop émotive et maladroite. La série tente d’ailleurs d’introduire une touche d’humour avec ce personnage de flic fragile, bien loin de celui de Brienne de Torth dans Game of Thrones. Mais il faut de la patience avant que la recette ne prenne.

    Hantée par le viol qu’elle a subi lorsqu’elle avait 16 ans, Robin l’est aussi par l’idée de retrouver sa fille, adoptée par un couple d’Australiens hors normes. Pour Julia (Nicole Kidman, bluffante), la mère adoptive de Mary, le moment est d’autant plus malvenu que l’adolescente est en pleine crise et refuse désormais de lui adresser la parole.

    "China Girl", la saison 2 de Top of the lake** débute ce jeudi à 20h55 sur Arte.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : International, Policier - Enquête, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • "Liar": une vérité qui dérange

    liar.jpgProfesseure d’anglais, charmante mais fragilisée, Laura Nielson (Joanne Froggatt vue dans Downton Abbey) a récemment dit adieu à son amoureux. Lorsqu’elle reçoit une invitation à dîner d’un parent d’élève, elle s’étonne et hésite.
    Sur conseil de son fils, Andrew Earlham, un chirurgien veuf et plutôt élégant (Ioan Gruffud vu dans "Forever") a décidé de se "remettre en selle".


    Tous les deux sont à la fois gauches et un peu rouillés dans l’exercice de la première soirée en tête à tête. Mais ce qui devait être la naissance d’une belle histoire tourne au fait divers sordide. Le lendemain matin, si Andrew se souvient d’avoir passé "une excellente soirée", Laura, en revanche, affirme avoir été violée. Lequel des deux ment ?

    Liar**, nouveau thriller des frères Williams, déploie son enquête en six épisodes sur TF1, dès 21 h.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : GB, Policier - Enquête, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • Malfrats, magouilles et baraki au menu du Fonds des séries belges

    tournage RTBF 4.jpgCela bouillonne toujours autant dans le chaudron des séries belges. Ce lundi, on vient en effet d'apprendre que trois séries sélectionnées en mars dernier par le comité présidé par la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles viennent de franchir une nouvelle étape de développement.

    Admises en phase 2, ces trois séries vont bénéficier d'une aide financière afin de pouvoir boucler leurs 10 scénarios dialogués et produire leur pilote de 10 minutes (de type teaser) afin de convaincre le jury de les laisser partir en tournage.

    Les heureuses élues sont les séries BarakiFils de et Pandore.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Actualité - Info, Belgique, Nouveautés 1 commentaire 1 commentaire
  • "Champion", nouvelle série belge, se joue des dessous du foot

    Champ9.jpgPlus que tout autre série belge, Champion est une aventure collective.
    Autour de la table des scénaristes, il y a eu jusqu'à 9 ordinateurs connectés. Normal pour une série qui parle de foot, sport collectif par excellence.
    En tournage jusque début janvier, la série suit la descente aux enfers d'une star du foot dont la carrière explose en plein vol suite à une altercation avec un journaliste, un rôle endossé par le comédien Mourade Zeguendi vu dans "Les Barons" et "Dikkenek" (photo).

    L'idée est évidemment que la série soit prête pour diffusion sur la RTBF en parallèle de la Coupe du monde en juin prochain. Raison qui explique que tout le monde "cravache" pour finir dans les temps. Une pression qui n'empêche ni les vannes, ni la décontraction entre deux scènes. Il faut dire que le décor de cette semaine (le stade Roi Baudouin) aide sans doute les auteurs-réalisateurs à toucher leur rêve du doigt.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Belgique, Créateurs, Créatrices, Humour 0 commentaire 0 commentaire