Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Tunnel: une vérité qui effraie

the tunnel 1.jpgCanal+ s'est alliée aux Britanniques pour imaginer un polar sur fond de crise économique, sociale et des valeurs européennes.
Une transposition de l'excellente série suédo-danoise Bron qui se révèle plus inventive que la version américaine The Bridge.

Un corps découvert en plein coeur du tunnel sous la Manche - à la frontière exacte entre la Grande-Bretagne et la France - oblige les polices de part et d'autre de l'Eurotunnel à collaborer. Mais les choses ne sont pas simples, au départ, entre le capitaine Elise Wassermann de la police de Calais et son homologue, l'inspecteur Karl Roebuck de la police de Folkestone. L'homme affable et cultivant le second degré, avec un léger sourire en coin, est très déstabilisé par les manières brusques, obsessionnelles et sans égards de sa consoeur française.
Pourtant, rapidement une alchimie transparaît entre les deux inspecteurs, fragile équilibre entre observation étonnée (ou amusée) et coopération. Le mérite en revient aux acteurs principaux, Stephen Dillane et Clémence Poésy, mais aussi à la réalisation stylisée de Dominik Moll ("Harry un ami qui vous veut du bien") et au scénario ingénieux de Ben Richards ("MI-5", "Party animals"). L'entrée du Tunnel (10 épisodes) sera accessible ce lundi dès 20h55 sur Be1.

Ben Richards met son «terroriste de la vérité» - qui multiplie les exécutions macabres et publiques pour attirer l'attention des médias et des politiques - sur le chemin des nombreuses faillites économiques et sociales qui secouent l'Europe en ce moment. Cette façon théâtrale et cruelle d'asséner des sentences difficilement réfutables rend la trame de la série d'autant plus intrigante.

Au départ, pourtant, l'annonce de la réalisation de ce remake de la brillante série suédo-danoise Bron avait de quoi faire peur. Vu la qualité de la série originale tout d'abord, et par crainte de ce que le mariage franco-britannique produirait comme effets. the tunnel.jpgHeureusement, Tunnel*** marie intelligemment les qualités de son modèle nordique à la sauce biculturelle franco-britannique.
Pour relever ce défi, Canal a trouvé des partenaires de choix: Kudos (Utopia) et Sky Atlantic (MI-5). Le savoir-faire britannique, en matière de polar, n'est plus à démontrer et, effectivement, la localisation des deux pays de part et d'autre du channel offrait des possibilités scénaristiques inexploitées jusqu'ici.

Développant ses propres intrigues, "Tunnel" explore les méandres et désillusions européennes qui ont pu s'enraciner de chaque coté de la Manche. Le résultat est dense et très intéressant alors qu'au départ, l'amateur des séries, gavé par le pullulement des remakes et autres spin-off, pouvait éprouver une méfiance légitime.
Atmosphère et photographie soignées (ente flous et tons bleutés qui rendent grâce à Douvres, Calais, Folkestone et Dunkerque), seconds rôles bien campés, ambiance oscillant entre humour british et mélancolie française: la série ne manque pas d'étoffe et ne souffre pas des habituelles carences des projets internationaux. A l'image de la chanson du générique, tout en douceur et tremblements, interprétée en français et en anglais par Charlotte Gainsbourg.

Très opportunément Be tv propose la série en VM permettant à l’abonné d'avoir le choix entre la version tout en français et celle où chacun parle sa langue de façon fluide et convaincante. Ce qui en fait, de très loin, la version la plus intéressante puisqu'elle recèle toutes les inflexions et nuances originales des acteurs (courtes interviews et présentation déjà dispo ici).
KT

nb: La diffusion de Tunnel vient de s'achever sur Canal+ où elle a fédéré un large public. La série a en effet rassemblé 1,04 million d’abonnés en moyenne, sur l’ensemble des épisodes. Une performance qui permet au polar de rejoindre le quatuor de tête des séries de Création Originale «les plus puissantes» sur Canal+ en terme d’audience, derrière Les Revenants, Borgia et Braquo.

mise à jour (11/04): Après The Tunnelnouveau projet transfrontières pour Canal+: Spotless produite avec les Britanniques de Tandem Communication. Une plongée dans le crime organisé, écrite par Ed MacCardie, filmée par Pascal Chaumeil, qui mêle humour noir et intrigues familiales.

mise à jour (25/11): Les séries Utopia et The Tunnel ont été récompensées, lundi soir, lors de la 42e cérémonie des International Emmy awards. La première triomphe dans la catégorie meilleur drame, la seconde, coproduite par Canal+, a permis à Stephen Dillane d'emporter la statuette de meilleur acteur pour son rôle de Karl Roebuck aux côtés de la Française Clémence Poésy.

Lien permanent Catégories : France, GB, Policier - Enquête, Revival 0 commentaire 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.