Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

L'épatante ascension de "The good wife"

the good wife 1.jpgPlus de dix millions de fans étaient présents au rendez-vous fixé par The good wife*** dimanche soir sur CBS. Un record qui est venu saluer comme il se doit - en grandes pompes, donc – le 100e épisode de la série.


Pas sûr, pourtant, qu'au départ, la chaîne aurait parié sa chemise sur cette histoire d'ex-femme au foyer bafouée, obligée de renouer avec le monde du travail au plus bas de l'échelle (dans un cabinet d'avocats tout de même).
Cinq saisons plus tard, Alicia Florrick (Julianna Margulies) s'est imposée sur l'antenne de CBS. Et ce 1er décembre 2013, la série a même passé le
cap, symbolique, du 100e épisode avec les honneurs. Un chiffre qui frappe d'autant plus l'imagination qu'on n'a pas vu le temps passer.

Des audiences résolument en hausse (la moyenne de la saison 5 est de 9 millions de fidèles) et un cortège de critiques élogieuses: voilà qui a de quoi lui faire grimper le rouge aux joues.
Cette récompense est amplement méritée car la série ne cesse de s'enrichir et de se réinventer, avec finesse et doigté, là où tant d'autres se contentent souvent de ronronner ou de dupliquer leurs intrigues à l'infini.

Pour l’occasion, dimanche, John Noble (Fringe) avait fait son retour dans la peau de Matthew Ashbaugh (l’ancien client d’Alicia) ; il y avait aussi Stockard Channing, Nathan Lane et Donna Brazile dans son propre rôle. Quant à Jordana Spiro (Dexter, The Mob doctor), elle faisait sa première apparition dans la peau de la détective Jenna Villette. Mais ce parterre de guests prestigieux n'explique pas tout...

L'un des principaux atouts de The good wife est en effet sa capacité à faire écho à l'actualité nationale et internationale qui préoccupe le téléspectateur lambda et agite la toile. Ce fut le cas, dès le départ avec cette mise en situation qui semblait porteuse d'échos de l'affaire Lewinsky, voire plus récemment encore d'une transposition de l'affaire Strauss Khan. La dignité et la détermination de l'ex-journaliste française Anne Sinclair avait même  été, un temps, rapproché de celle d'Alicia Florrick face aux accusations proférées à l'encontre de son mari.
Peu après, c'est le printemps arabe qui est venu souffler ses braises de révolte sur les prémices de la saison 3. Alors que d'autres épisodes s'intéressaient à l'action de l'ancien président Hugo Chavez ou aux doutes concernant la surveillance de masse exercée par la NSA...

La principale force de The good wife, pourtant diffusée et produite par l'un des 5 grands mastodontes US, reste la subtilité de ses intrigues et la finesse du jeu des acteurs qui introduisent ce qu'il faut d'ironie, d'autodérision et de "quant à soi" dans des scénarios qui, sans cela, sembleraient incroyablement classiques.
Ni forfanterie, ni discours musclés, pas mal de doute et de vague à l'âme dans cette trame scénaristique qui rappelle le caractère profondément humain des hommes et des femmes qu'on y voit se débattre au quotidien. Leurs armes principales demeurent inchangées: la détermination, l'intelligence et l'élégance. Autant de caractéristiques qu'ils partagent avec leur interprète principale, Julianna Margulies.
the good wife 1.jpg
En suivant au plus près les hauts et les bas d'un cabinet d'avocats de Chicago, la série mêle les genres et les tonalités et brouille les pistes - série judiciaire ou chronique intimiste ? -, ce qui la rend parfois difficilement identifiable par ceux qui l'abordent.

On se souvient encore de ses premier pas timides, en 2009, alors que l'actrice arborait comme principal fait d'armes son rôle dans Urgences, sous les traits de l'infirmière Carol Hathaway. Elle y côtoyait, alors, le bourreau des coeurs Doug Ross, médecin charismatique incarné par George Clooney. Des débuts forcément pleins de promesses.
KT

nb: Besoin d'un petit aide-mémoire? Les débuts de la série sont évoqués ici

mise à jour (05/01): Ce dimanche, l'album du Boss, Bruce Springsteen, est officiellement disponible en streaming aux USA. Et le 12 janvier, trois de ses titres – High hopes, Hunter of invisible game et The ghost of Tom Joad - seront intégrés dans l'épisode "Whe the juries" de l'excellente série The good wife.

Lien permanent Catégories : Nouveautés, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.