Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Séries mania saison 4: mon «after» is rich

    Parades-end.jpgVous n'étiez pas à Paris la semaine dernière pour le Festival Séries mania (cf. note précédente) et vous vous en mordez encore les doigts?
    No stress, voici quelques infos qui devraient vous aider à retrouver le sourire. On vous le fait, façon «8, ça suffit»...

    1 & 2 – La réalisatrice Agnieszka Holland est l'invitée de Bozar, mardi 7 mai prochain, quelques jours après la master class qu'elle vient de donner à Paris. L'occasion de découvrir son dernier film «In darkness», de la voir sans écran interposé et de se préparer à la 1e édition de Are you series ? festival qui se déroulera, toujours à Bozar, du 10 au 12 mai.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, France 0 commentaire 0 commentaire
  • A l'Est, les nouveaux territoires des séries

    Dont_ever_wipe_tears.jpgScandinavie, Rep. Tchèque, Pologne, Israël, Australie: les séries américaines et britanniques ne sont plus les seules à faire battre le coeur des sériephiles. La preuve en a encore été donnée tout au long de la semaine lors du Festival Series mania qui a vu défiler 15 000 fans, soit une croissance de 25% par rapport à l'an dernier. Spécialistes ou curieux, ils ont, une nouvelle fois, démontré leur soif de découverte en décernant le prix du public à la mini-série suédoise "Don't ever wipe tears without gloves" (photo) qui retraçait, en trois épisodes, le début de l'épidémie du sida à Stockholm dans les années 80. Un engouement observé avec intérêt par les chaînes...

    Nouvelle preuve de l'attractivité de la fiction scandinave, Arte vient d'annoncer qu'elle va coproduire avec la NRK (Norvège) Occupied, une série d'anticipation politique signée Jo Nesbo, «maître du polar scandinave». Présenté comme l’un des successeurs de l’auteur suédois Henning Mankell, Jo Nesbo a vu l'adaptation de son dernier roman, "Headhunter", récolter un immense succès au box-office scandinave, film acquis ensuite par plus de 50 pays.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, International, Psychologies - Moeurs, Scandinavie 0 commentaire 0 commentaire
  • "Boss" se bat pour une fin digne de sa légende

    farhad safinia.jpgFarhad Safinia, ce nom d'origine iranienne n'est pas encore très connu mais vu le parcours de son "propriétaire", ceci n'est plus qu'une question de mois. Derrière ce patronyme se «cache» en effet un jeune scénariste à la fois chanceux et talentueux, car le talent est souvent source d'opportunités. Comme on a pu en prendre conscience ce jeudi soir lors d'une rencontre à Paris.

    Dans son premier film en tant que coscénariste, "Apocalypto" (2006), il réussit à embarquer Mel Gibson. La chance du débutant? Pas vraiment. «J'avais quelques photos compromettantes de lui » lâche-t-il en riant. La vérité, c'est que Farhad Safinia avait rencontré Mel Gibson sur le tournage de «La passion du Christ» où il a travaillé en tant qu'assistant et que le courant est très bien passé entre ses deux "immigrants" en Amérique. Mel Gibson étant australien d'origine.

    Pour sa première série, Farhad Safinia n'a eu recours ni au chantage, ni à la pression; son thème parle de lui-même et attise toutes les ambitions. Il réussit à convaincre le grand Gus Van Sant de prendre la caméra et Kelsey Grammer, connu comme amuseur extraordinaire dans la série "Frasier", de devenir un héros de tragédie dans la lignée du "King Lear" de Shakespeare.
    Car c'est de cela qu'il s'agit dans la série Boss : d'un homme prêt à toutes les infamies pour garder et accroître son pouvoir. Une version sombre et sans pitié de la politique bien plus proche de House of cards que de The West wing.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Créateurs, Créatrices, Politique 0 commentaire 0 commentaire
  • Les séries à l'ombre du 11 septembre

    resue-me.jpg

    La réaction des chaînes américaines face aux attentats de Boston, ou à la tuerie de Newton, peut prêter à commentaires (cf. note précédente). Mais le repli, face à la douleur ou à l'émotion, n'est souvent qu'une première part, infime, de la réaction d'Hollywood. Car la question du terrorisme et/ ou de sa menace supposée a trouvé depuis longtemps une réponse réfléchie et intéressante dans la fiction télévisée.

    On peut même souligner qu'étant donné ses délais de production plus brefs, la fiction télévisée a été bien plus prompte que le cinéma à s'emparer du traumatisme post-2001. Pour prendre un exemple symbolique, d'ampleur et récent où la fiction a joué un rôle de catharsis nécessaire et éclairante, aux visages contrastés. Revue de détail, de 24h chrono à La petite mosquée dans la prairie, en passant par Rescue me (photo FX)...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Drame, Politique, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • Attentats: la fiction rattrapée par la réalité

    hannibal 4.jpgMême si on observe souvent le mouvement inverse, parfois, c'est la réalité qui rattrape la fiction.
    En une semaine, deux séries ont ainsi été obligées de faire un pas de côté en raison de l'attentat de Boston. C'est tout d'abord la série Castle (campé par Nathan Fillion) qui a décidé de reporter au 29 avril un épisode au cours duquel l'enquête devait mener au désamorçage d'une bombe.

    Et ce dimanche, on apprenait que la série Hannibal (photo) allait tout simplement zapper un de ces épisodes (celui annoncé en date du 25 avril), même si l'actualité mise en cause n'est pas tant celle des récents attentats de Boston que celle du massacre de Newton.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Nouveautés, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire
  • Séries: une vague vraiment mondiale

    chiffres series.jpgFestivals, livres, analyses et formations universitaires, débats et documentaires: les indices du succès des séries sont planétaires.
    Depuis la fin des années 90 et le renouvellement de la typologie des séries, le regard du public sur le phénomène a largement changé. La série est désormais reconnue comme un art à part entière.
    Si le cinéma donne à voir et à entendre, et le théâtre donne à vivre, la série, elle, donne à comprendre sur la durée et à partager. 
    Mais pour ceux qui ne se laissent convaincre que par les chiffres, on a fait le relevé de quelques précieux compteurs.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, Prix 1 commentaire 1 commentaire
  • Toujours mauvais genre, la série?

    bozar series.jpgDans trois semaines, les séries feront leur entrée à Bozar. Du 10 au 12 mai, s'y tiendra le tout premier festival bruxellois consacré à un genre qui rassemble des centaines de millions d'émules à travers le monde. La taille de la manifestation est encore modeste (3 jours) mais elle atteste bien de l'intérêt du grand public et du secteur culturel pour cette frange importante de la culture populaire.

    En dix ans, on a assisté à la formidable montée en puissance d'un genre qui avait mauvaise presse à sa création (dans les années 50) - à l'instar de la bande dessinée ou du cinéma à leurs débuts -, mais qui s'est peu à peu imposé comme un acteur et un décrypteur majeur de notre époque. Comme le démontrait avec talent l'excellent documentaire L'Amérique en prime time proposé par Arte en novembre dernier.
    Considérée d'abord comme un art mineur, la série fait désormais l'objet d'une attention soutenue de la part du monde littéraire, créatif, médiatique et même académique.
    La preuve avec ces deux festivals Series mania (cf. note précédente) et Are you series ? qui auront lieu à trois semaines d'intervalle, d'abord à Paris, puis à Bruxelles.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Belgique, Festivals, Nouveautés 0 commentaire 0 commentaire
  • Le bon filon des adaptations

    under-the-dome.jpgL'envol des séries est un fait international reconnu. De plus en plus de créateurs et d'acteurs s'emparent du filon pour le façonner à leur guise, encouragés par la multiplication des canaux de diffusion.
    Pourtant, alors que la manne des créations originales ne cesse de s'étoffer, on constate aussi la montée en puissance des adaptations. Qu'il s'agisse de romans ou de films - comme c'est le cas pour la série Bates Motel -, ou de succès étrangers revisités «à la sauce locale». Besoin de rassurer ses investisseurs, volonté d'offrir au public une variation sur un thème connu ? Les raison sont multiples qui poussent les créateurs à emprunter ces voies, en partie, balisées.

    La preuve avec trois projets annoncés dans les semaines ou les mois à venir: Under the Dome (photo), Devious Maids, The Saint.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Nouveautés, Revival 0 commentaire 0 commentaire
  • Jo: Jean Reno descend sur la ville

    jo serie.jpgPour son premier rôle en télévision, son visage est dans tous les magazines. Notre-Dame, Tour Eiffel, Place Vendôme: Jean Reno est dans la place, stature imposante, léger rictus.
    Pour assurer le succès de Jo*, sa nouvelle série policière,
    TF1 a voulu mettre toutes les chances de son côté: scénariste canadien, réalisatrice danoise, casting international, tournage en anglais. Rien n'a été laissé au hasard...
    TF1 évolue d'ailleurs en territoire en partie connu puisqu'elle avait déjà travaillé avec René Balcer sur l'adaptation du format américain "Law and order" en "Paris: enquêtes criminelles"; une série portée, en 2007, par le comédien Vincent Perez. Il y a quelques semaines, le scénariste détaillait d'ailleurs sa façon de concevoir cette nouvelle série (cf. interview). 

    Avec "Jo", on retrouve les basiques du genre: enquêtes sur des meurtres emblématiques, équipe aux profils très diversifiées, résolution chorale... Contrairement aux "Experts", l'accent n'est pas mis, ici, sur la technologie de pointe, mais sur l'intuition et la connaissance du terrain.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : France, Nouveautés, Policier - Enquête 1 commentaire 1 commentaire
  • Homeland: la traque terroriste reprend

    homeland7.jpgLundi, Be tv va entamer le récit de la 2e saison d'Homeland. Pour tous ceux qui viendraient de terminer la saison 1, diffusée sur RTL-TVI jusqu'au 26 mars dernier, l'occasion est trop belle d'enchaîner sans plus attendre.
    Idem pour ceux qui n'auraient pas suivi la saison 2 en direct (ou en léger différé) des Etats-Unis (cf. note précédente).

    Maintenant que tous les fans belges, désireux de l'être, sont au parfum, parlons à mots découverts de la fin de la saison 1 et de l'ouverture de la saison 2.
    Indubitablement tuer Damian Lewis aurait constitué un trop grand risque pour la série. L’alchimie entre son personnage de Nicholas Brody et celui de Claire Danes (Carrie Mathison) était tellement évidente que les créateurs, Gideon Raff et Howard Gordon, n'ont pas voulu s'y résoudre. Pourtant, c'est clair que la fin de la saison 1, si elle a surpris tout le monde - avec son attentat avorté - en a surtout déçu quelques-uns, parmi les plus fervents supporters de ce thriller politico-paranoïaque.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Drame, Politique, Psychologies - Moeurs 0 commentaire 0 commentaire